CHANGEMENT DES HABITUDES VESTIMENTAIRES


Les salafistes veulent importer une nouvelle religion en terre kabyle, qui n?a rien ? voir avec l?Islam des a?eux.
Depuis trois années, le hidjab a fait son apparition m?me dans le village le plus reculé de Kabylie. Avant cela, il était rare de croiser une dame ou une jeune fille v?tue de cette tenue orientale. Actuellement, m?me si elles sont encore loin de constituer une majorité, il n?en demeure pas moins que le nombre de femmes en hidjab ne cesse d?augmenter. Souvent, il s?agit de jeunes filles dont aucun autre membre de la famille n?a porté cette tenue étrang?re et étrange pour bon nombre de citoyens de Kabylie. Ces derniers s?étonnent d?ailleurs, que le port du hidjab soit devenu un choix pour certaines jeunes filles. Mais est-ce vraiment un choix actif ou s?agit-il d?un choix passif, résultat d?un certain nombre de crit?res extérieurs faisant du conditionnement d?ordre vestimentaire, un mode de vie? L?école fondamentale, les programmes de la télévision algérienne et moyen-orientaux, le contenu propagandiste de certains journaux arabophones, les fréquentations ? l?université, etc., sont les éléments qui influent sur ces jeunes filles souvent fragiles, vulnérables et livrées ? la solitude. C?est du moins ce que pensent un certain nombre d?universitaires et de cadres politiques de la région avec lesquels nous avons eu des discussions ? ce sujet.

Wassila, de Matoub au voile
Wassila a 24 ans. Habitant ? Azazga, elle travaille comme secrétaire dans une agence immobili?re ? Tizi Ouzou. Quand elle n?a pas de clients dans son bureau, elle écoute sans cesse des chansons de Matoub Loun?s. C?est son chanteur préféré. Maîtrisant parfaitement le kabyle, elle comprend tout ce que ce po?te déclame. Un jour, elle découvre un hebdomadaire arabophone tr?s porté sur l?apologie de l?islamisme. Comme elle a beaucoup de temps libre, elle lit toutes les inepties que raconte ce journal. Un jour, elle arrive ? son bureau enveloppée dans un hidjab. Son patron n?en croit pas ses yeux. Comme Wassila, tant d?autres jeunes filles kabyles sont tombées dans les desseins de ceux qui font de la propagande islamiste un fonds de commerce. Ce n?est pas un hasard si la majorité de celles qui décident de porter aujourd?hui le hidjab sont des jeunes files ne dépassant pas l?âge de trente ans. Un cadre d?un parti politique, rencontré ? l?occasion des festivités du Printemps berb?re, nous déclare qu?il faut tirer la sonnette d?alarme. Pour lui, le phénom?ne du hidjab est bien planifié. ?Ce sont des salafistes, qui ont des sources de financement d?un peu partout et qui veulent importer un nouvel Islam en terre kabyle, qui n?a rien ? voir avec l?Islam de nos a?eux?, souligne notre interlocuteur. ?N?avez-vous pas remarqué que ce sont les étudiants qui sont le plus ciblés par ce phénom?ne nouveau dans notre région? Ce n?est pas un hasard si c?est dans le département de langue arabe que l?on observe le plus de jeunes filles portant le hidjab?, explique-t-il. Selon ce m?me responsable, il existe des réseaux au sein de l?université de Tizi Ouzou qui font l?apologie du hidjab et tout ce que charrie cette tenue vestimentaire comme idéologie islamiste. Le recul de la robe kabyle est aussi inquiétant pour notre culture que l?avancée qu?enregistre le hidjab. Pourtant, la tenue kabyle permet ? la femme d??tre aussi bien couverte si tel était vraiment l?objectif...

L?Université, véritable vivier
Un enseignant exerçant ? l?université de Tizi Ouzou explique clairement que ce phénom?ne, s?il venait ? faire tache d?huile, c?est la spécificité culturelle liée ? la sociologie kabyle qui risque de recevoir un coup dur. Lors d?une conférence animée ? l?université de Tizi Ouzou, le 20 avril dernier, le responsable d?un parti a fait allusion ? ce nouveau phénom?ne. Son intervention a suscité une réaction acharnée de la quinzaine de jeunes filles portant le hidjab, présentes dans la salle.
Il y a trois années, un tel scénario était inimaginable ? Tizi Ouzou surtout pour un jour marquant le combat identitaire et, ? l?université, de surcroît. Que pensent les jeunes filles ne portant pas le voile, sur ce sujet? Karima trouve d?abord, que par esprit de tolérance, il faudrait respecter le choix de ces personnes. Mais en m?me temps, elle est inqui?te si le phénom?ne venait ? prendre de l?ampleur car ce serait l?image de la Kabylie qui va changer.
Cette enseignante d?anglais au lycée affirme ne pas ignorer ce qui se cache derri?re cette situation: ?Souvent il s?agit de jeunes filles en difficulté et livrées ? la solitude trouvant refuge dans cette tenue. D?autres filles le portent juste par hypocrisie. D?ailleurs, il y en a qui le mettent sans faire la pri?re. Il y a une bonne partie constituée de jeunes filles sinc?res le portant parce que croyant que le hidjab est une obligation divine. Comme si nos m?res et nos grands-m?res n?avaient jamais connu l?Islam et n?avaient jamais été musulmanes. Il aura fallu attendre 2010 pour que les Kabyles découvrent l?Islam.?
Des jeunes filles sont contraintes de porter le voile tout simplement parce que leurs fiancés respectifs le leur exigent. De m?me que d?autres, de conditions sociales modestes, optent pour cette tenue pour éviter les frais faramineux que demande le suivi de la mode d?aujourd?hui.

L?avis d?une psychologue
Dans ce genre de situations, l?avis d?un psychologue s?impose. Qu?est-ce qui peut pousser une jeune fille de la région ? prendre la décision de porter le voile? Pour la psychologue Ratiba Djedid, il s?en trouve une multitude de réponses ? cette question. On ne peut absolument pas donner une seule réponse et puis généraliser. Elle estime que pour une partie d?entre elles, c?est un moyen d?exister. ?Tout ce que je fais, c?est pour le Bon Dieu?, pensent-elles.
Selon cette derni?re, le hidjab devient un support pour elles. Cette catégorie concerne les jeunes filles vraiment convaincues. En plus des raisons religieuses, il existe des raisons sociales. Certaines pensent, par exemple, que le port du hidjab constitue un crit?re pour avoir des prétendants, d?autres le font au contact d?autres femmes, particuli?rement ? l?université. Est-ce que le port du hidjab pourrait apaiser, dans certains cas, la souffrance psychologique de certaines jeunes filles? La m?me psychologue répond que porter le hidjab constitue une croyance pour cette catégorie de filles: ?Elles pensent que porter le hidjab les rapproche de Dieu et de ce fait, leur souffrance serait apaisée.?

L'Expression